SEPTEMBRE 2008-11-22

rapport de visite de Nicolo

Tout a commencé par une histoire de bateau… Je flânais tout du long de la braderie

du Port quand mon regard s'attarda sur un échantillonnage d'accastillage de voilier,

échoué au milieu de tonnes de fringues !
L'œil averti me fit chercher de suite la charmante et dynamique vendeuse...  Pour ne pas

la nommer Michelle !
Et c’est ainsi qu’aujourd’hui, de manilles en poulies, me voici embarquée à bord de cet

extraordinaire voyage...

En effet, je suis partie, sac au dos à Madagascar, plus exactement au nord-ouest de l'île

de Sainte-Marie, découvrir son orphelinat de brousse d’Agnivorano.  Je dis bien Son orphelinat

car c’est bien elle lafondatrice de cette œuvre :

Tout n’existerait pas sans  la volonté tenace de Michelle qui, telle une fourmi consciencieuse et

convaincue de l'issue, s'acharne journellement à la recherche de « bonnes affaires » et

gère avec futilité les différents dons récoltés et recettes des diverses braderies où,

elle et très souvent Evelyne, écoulent une petite partie des colis recueillis chez les personnes

qui nous appellent si gentiment pour nous offrirce qu'elles peuvent.
Auparavant, nombreuses journées sont occupées à récolter à demeure, trier et séparer

ce qui peut partir pour Madagascar, puis bien empaqueter en de solides cartons ce qui

sera acheminé par bateau. On se transforme parfois en spécialiste des déchetteries pour

trouver les cartons ou plastiques qui achemineront tout ce déballas...
Un gentil Monsieur, Jacques, nous prête gracieusement la moitié de son garage au Port

pour entreposer nos trouvailles et il faut dire qu'il a beaucoup de patience car nous

débordons un peu trop nos limites de stockage...
Il y a aussi la vente d'artisanat produit directement par les familles malgaches

sur l'île de Sainte-Marie, l'équipe du marché de St-Leu y veille et est à l'affût de nouvelles

marchandises qui pourraient bien se vendre.

Je pars d'ailleurs avec diverses commandes...

Je vais donc faire connaissance avec les personnes qui s'occupent sur place de toute

cette marmaille et essayer d'y apporter moi aussi mon petit grain de soutien au sein de

cette grande famille.

De par ma formation, je pourrai aussi un peu m'occuper des petits bobos ou soulager

les petits maux avec les moyens du bord...

Merci de me faire confiance.
Merci à ma petite famille de me laisser partir là-bas, de bien vouloir-me « prêter »

comme dit si bien mon dernier !

(Mais bon, le congélo est rempli de bons petits plats que j'ai eu le temps de faire...

et la maison est prête pour tourner 15 jours sans grand manque....)
Merci aussi aux équipages de Manohal et Penn ar Bed qui sans hésiter ont bien voulu

nous prendre et charger prestement avec sourire nos quelques 250 cartons et autres colis...
La coïncidence de ces embarquements tombait vraiment à pic ! Ainsi, je pourrai être à

leur arrivée  au Port d' Ambodifotatra mercredi ou jeudi.

  pour_blog_chargement      
Chargement des deux bateaux de pêche au Port de l’île de la Réunion

Là-bas tout le monde était  prévenu ; la responsable du centre s'occupe de trouver les véhicules et gros

bras nécessaires pour acheminer la cargaison à bonne destination finale...

Pour moi, les bagages sont faits, je m’envole destination Ste-Marie via Tamatave.

Soamina m'accueille avec son bébé et un de ses jeunes frères en m’annonçant que le Manohal est

déjà à quai , aussi se met-on tout de suite au boulot ! Rigobert et Jean-Paul m’accueillent

aussi avec enthousiasme, les bras remplis de cartons et je rentre illico dans la chaîne humaine

qui déverse et transvase les colis du bateau au camion.

pour_blog_d_chargement

c'est après une bonne heure de cahots et secousses en tous points que nous arrivons à

destination à l'orphelinatde brousse. Je n'ai pu voir grand chose du décor car la nuit

nous masquait le parcours sinueux que je devinais aux bruits du moteur...

Tout au long du trajet je m'inquiétais à l'idée de perdre un des passagers gruchés sur

la bâche, au-dessus des cartons, et j'imaginais une chute à chaque virage...

mais ça rigolait drôlement là-haut tout en jouant les équilibristes

Toute l’équipe m'a accueillie avec chaleur et un bon repas m'attendait sur la braise.

Je suis servie comme une reine, ils m'ont même fait des frites dans une poêle !

On me regarde manger, ça me gêne...

je leur donne le courrier de Michelle, ils sont contents des nouvelles fraîches de leur Marraine ! pour_blog_3

Ensuite l'on me montre ma petite case prêtée pour ces 15 jours : un joli bouquet de fleurs

sauvages m’attend près de la chandelle dont le parfum d'une jolie orchidée blanche

domine même la spirale anti-moustique allumée à mon intention.

pour_blog_4

Je dormais profondément et le gardien de nuit a du toquer plusieurs fois pour se

sortir de ma léthargie.

En effet, il devait me réveiller de bonne heure (convenue vers les 5h du matin) pour repartir

au port réceptionner le chargement du deuxième bateau prévu à 8h. Seulement…, ici on

se fie à la lune, aussi me réveille t’on à.... 3H30 !
Il me fera le coup plusieurs fois.. Promis au prochain voyage, je lui offre une montre !

Il pleut mais nous prenons quand même la route glissante dans le noir, à pied en

espérant bien entendre sous peu le moteur vrombissant d'un taxi-brousse qui

pourrait nous emmener... Mais non, nous ferons quelques 7 kms sous la pluie

avant de trouver notre bonheur

pour_blog_5

A l’orphelinat, l’équipe est rodée : Dés réception des colis et après la pluie,

le linge est déballé, trié, séché au soleil.

Ce qui peut servir aux enfants est rangé dans leur dortoir et le reste est proposé

aux locaux, moyennant quelque argent ou échanges, (tout en gardant une partie

gratuite pour les plus démunis). Cela fera une entrée non négligeable

pour alimenter la caisse de l’orphelinat, et acheter en priorité vivres

et matériel nécessaire aux besoins journaliers de toute cette grande famille !

pour_blog_6

On m'avait  prévenue de ce qui m'attendait là-bas :  une bonne dose d'émotions quotidiennes

avec la petite trentaine de gamins orphelins de trois à quatorze ans réunis sous ce même toit...

Gaieté, partage, humour, curiosité, câlins, entraide, participation, respect, patience….

Bref, le bonheur ! …

  pour_blog_7       

pour_blog_8

fabrication d’une toise pour mesurer les enfants       Là, ils attendent patiemment  que

                              je les emmène à la baignade  après ma permanence de soins infirmiers          

                                                                                              

                                                                                               

                                                                                                                                                     

pour_blog_9

pour_blog_10

bain de pied avant pansement d’orteil

A l’origine seulement un seul gamin à tremper avant le soin ! je l’avais installé avec

une revue et quand je suis revenue 5mn plus tard ça avait fait des émules,

quatre autres paires de petits pieds se partageaient ma bassine !…

Ils aiment qu’ on s’occupe d’eux !

pour_blog_11Un peu de jardinage et cueillette de

citronnelle pour la tisane du soir.

Le potager commence seulement à fournir ses légumes. Tout avait été décimé avec le cyclone

de janvier Et il a fallu tout recommencer à zéro.

pour_blog_12

pour_blog_13file indienne après lavage des mains pour se

rendre docilement à la cantine 

pour_blog_14

Fabrication de cannes en bambou pour pêche miraculeuse. Petite piscine amenée dans les colis !

Course de petites voitures, don aussi d’un enfant réunionnais avant mon départ.

il y avait aussi les jeux de cartes, les puzzles, et autres jeux de société amenés dans les colis.

Quel régal de les voir si joyeux !

pour_blog_15

bonne assiette de riz avec …                              poisson  du jour !

Le personnel ne chôme pas, il y a maintes occupations…

pour_blog_16

      

                  nettoyage et tri du riz. Ensuite on pile un peu pour débarrasser de l’ écorce.

                                     

pour_blog_17 

Ici, pas d’ électricité, ni eau courante. Il faut couper le bois pour entretenir le foyer, aller

remplir les seaux d’ eau à la fontaine ou à la rivière. (le beau robinet n’est que décor

pour l’instant !)

L’eau à boire, est mise dans les récipients récupérés et traitée avec pastilles de désinfectant (du moins

quand on peut leur en amener.…)

pour_blog_18

Pour le linge, la lessive est faite à la rivière et séchée sur l’ herbe 

pour_blog_19

Galliéni, le menuisier reconstruit petit à petit les cases décimées par le dernier cyclone.

Mais les matériaux font défaut. La nature ayant été beaucoup abîmée par les intempéries

les végétaux et bois sont rares et donc chers.

   

Il y a aussi le rangement quotidien et l’ entretien des locaux


Le dortoir des enfant

   pour_blog_20                

   pour_blog_21   

                                                                   A trois ou quatre par couche, les fous rire sont garantis !

Seulement on manque encore de matelas de rechange, car certains font encore pipi au lit…

                                                      

                                                                              

pour_blog_22 Le réfectoire

Les enfants participent joyeusement aux taches

pour_blog_23

  les grosses marmites sont lavées à la rivière.

Comme on ne fonctionne qu’à la bougie, le soir avant la tombée du jour, on prépare de

quoi se brosser les dents après le souper sous l’ œil attentif de Martine .

pour_blog_24

   

Chaque soir, la veilleuse de garde installe les moustiquaires et reste pour la nuit avec

les enfants

pour_blog_25

Il y a aussi un gardien de nuit qui fait des rondes car parfois, il y a des vols ou visites

nocturnes dans le camp…. 

pour_blog_26

pour_blog_27

Au petit matin, Justine leur prépare le petit déjeuner avant de se préparer pour l’école

Soamina distribue les cahiers pour les ainés  qui partent à l’école du village.

pour_blog_28

Les plus jeunes restent au camp où Rigobert, l’instituteur , s’ occupera d’eux avant de reprendre

les plus grands qui n’ ont pas cours l’ après-midi.

pour_blog_29

Et voilà La famille presque’ au complet pour me dire AU REVOIR et…A BIENTOT…. j’espère !

15 jours en pleine nature, rythmés par le soleil et la lune, baignés par l’ affection de toute

l’ équipe et le sourire des marmailles, enrichis par les échanges humains des gens des villages

avoisinants, bercés par la patience des malgaches (ici le temps n’a pas d’heure !).

Ils m’ ont redonné la valeur de certaines choses, que nous, favorisés, avions parfois tendance

à oublier.

Là-bas, nos petits tracas nous paraissent insignifiants et l’on aurait honte de s’en plaindre

encore à notre retour….

J’ai donné peu en contrepartie de ce qu’ils m’ont offert…

Mais c'est sûr, je reviens avec plein d'entrain pour poursuivre cette aventure humaine

et me joindre aux actions de Michelle et son équipe qui oeuvrent à la Réunion.

Sachez que c'est en donnant qu' on reçoit...

Alors rejoignez-nous !

NICOLO